Léonce Abaye

Léonce Abaye : la deuxième vie glorieuse d'un entrepreneur

Le Royal Camenbert de Léonce Abaye (1888)
Le Royal Camenbert de Léonce Abaye (1888)

 

Léonce Abaye a sans doute le parcours le plus atypique et le plus original des producteurs de camemberts. Si son parcours fut relativement bref, sa présence a été marquante dans l'histoire fromagère de la région, tant par son efficacité et les méthodes qu'il a employées, que par la dimension humaine du personnage.

Léonce Abaye naît à Pont-Audemer en 1820, sur ses jeunes années on sait peu de chose, si ce n'est qu'une fois ses études terminées, il décide de partir dans le Nord pour y tenter sa chance dans le commerce du drap. On retrouve sa trace plus tard à Roubaix où il est devenu l'un des plus grands producteurs et vendeurs de draps de la région.

En 1879 à 59 ans, il décide, fortune faite, de rentrer au pays. Il achète le domaine du Tremblay à Goulafrière, domaine qui comporte un château et surtout de nombreuses dépendances et terrains. Assez vite, par le rachat successif de nombreuses terres, il se retrouve à la tête d'un large domaine qui le pousse à s'intéresser à l'industrie laitière.

Très vite, il va imposer deux idées fortes : la mécanisation et l'industrialisation de la production fromagère. En effet, à cette époque l'industrie textile était très en pointe dans le domaine de l'automatisation, Léonce Abaye qui connaît très bien ce domaine va donc imposer ces nouvelles techniques dans un milieu encore un peu réticent. Ensuite, même s'il est lui-même propriétaire de fermes, il va imposer l'idée que la production de lait, et celle du fromage peuvent être confiées à deux personnes différentes. Cette idée ainsi que les tarifs pratiqués pour l'achat du lait vont s'imposer assez vite surtout auprès de petits producteurs peu enclins à investir lourdement dans la production de fromages.

En peu de temps et à un âge pourtant avancé, il se retrouve à la tête d'une entreprise florissante, nanti d'une réputation flatteuse de compétence. Sa réputation croit avec la taille de sa société qui s'adjoint au cours du temps trois nouvelles laiteries à Notre-Dame-du-Hamel, à Saint-Evroult et finalement à Sainte-Gauburge.

Le Royal Camembert de Léonce Abaye
Le Royal Camembert de Léonce Abaye.

 

De plus, associé à Edouard Fournier il participe à la création de la société Lanquetot, dont la fondatrice est l'une de ses anciennes employées. Qui plus est, Léonce Abaye non content de son succès dans la production de camembert étend son empire naissant vers les industries connexes. C'est ainsi qu'il acquiert deux scieries qui lui serviront à produire les boîtes et emballages de ses produits. En 1909, il est tout naturellement associé à la création du syndicat de défense des producteurs de camembert.

En 1913, Léonce Abaye décède à l'âge de 93 ans alors que sa société atteint son apogée et traite plus de 40 000 litres de lait par jour. Sa société sera partagée entre ses enfants, souffrira de la première guerre mondiale et périclitera dans l'entre-deux guerres.

 

Page précédente  •  Page suivante